Rechercher dans ce blog

Chargement...

vendredi 8 juillet 2016

Gioconda, de Nikos Kokàntzis

Peut-être faut-il, pour apprécier Gionconda à sa juste valeur, garder en point de mire deux éléments fondamentaux. Le premier est que ce court récit d’à peine cent vingt pages est un texte purement autobiographique, mais écrit près de trente ans après les faits. Le second, et pas des moindres, est que ce “roman” est l’oeuvre unique de son auteur, Nikos Kokàntzis, qui à la suite de la publication de Gioconda ne ressentit plus jamais le besoin d’écrire quoi que ce soit d'autre. Il aura donc fallu trois décennies pour que l’auteur  grec se sente le courage de partager l’intimité de ses souvenirs et de ses sentiments, et à la lecture de son histoire le lecteur comprend parfaitement les raisons qui l’ont poussé si longtemps à protéger le souvenir de cet amour perdu. Mais c’est aussi probablement la peur de voir ses souvenirs perdre de leur éclat et de leur intensité, qui fut à l’origine de ce magnifique récit, car les souvenirs s’effacent mais la littérature reste, elle, éternelle.


L’histoire se déroule en Grèce, dans la ville de Thessalonique d’où est originaire l’auteur, durant la seconde guerre mondiale. Gioconda est, comme on le devine aisément, le prénom d’une jeune fille, qui fut l’amie d’enfance de Nikos Kokàntzis puis son premier véritable amour. Comme de nombreux habitants de Thessalonique, Gioconda était d’origine juive, ce qui n’était guère un problème durant la période qui précéda la seconde mondiale dans une cité où les juifs séfarades étaient de loin la communauté la plus importante de la ville et participaient à son rayonnement culturel et économique depuis plusieurs siècles. Mais à la suite de la défaite de l’armée grecque, le Nord du pays fut occupé par les Allemands, qui commencèrent dès 1941 à appliquer des mesures antisémites ; les premières déportations débutèrent quant-à elles à partir de 1943 (54 000 juifs de Thessalonique furent déportés. 98% moururent dans les camps). Gioconda n’est cependant pas un récit du pogrom qui fut à l’origine de l’extermination de la totalité ou presque de la communauté juive de Thessalonique, mais une véritable élégie, un récit intégralement centré sur l’évocation de cet amour bref mais fulgurant que vécurent Nikos et Gioconda, alors âgés d’une quinzaine d’années et qui connut, comme on l’imagine aisément, une fin tragique. Nikos Kokàntzis évoque donc son enfance aux côtés de Gioconda et leur vie dans le vieux Thessalonique (leurs familles étaient voisines), mais également les premiers émois de l’amour, la violence des sentiments qui s’emparèrent des deux adolescents, leur découverte progressive de leur sensualité et bien évidemment la tragédie de leur séparation inéluctable.


“Personne, bien entendu, n'eut à m'affronter, et encore moins à me tuer, pour mettre la main sur elle ; quand l'heure fut venue, personne ne se soucia de mon existence. Et moi je ne résistai pas, je ne luttai pas - à quoi résister, contre quoi lutter, comment un enfant seul peut-il se battre contre le Mal absolu ? Je me contentai d'être témoin, incapable d'agir, condamné à faire partie du cauchemar.”                               


Ce qui surprend au premier abord c’est l’acuité des souvenirs de l’auteur, mais également la puissance des sentiments qui émergent encore du récit après tant d’années. Alors certes, on se plaît à penser que cet amour est certainement magnifié par le caractère tragique de l’histoire de Nikos et Gioconda, et sans doute en partie idéalisé, mais l’on reste interdit par la simplicité, la naïveté, l’innocence et surtout la vitalité de cet amour, qui perdure au-delà de la mort. Avec Gioconda, Nikos Kokàntzis nous livre un récit poignant, littéralement touché par la grâce, presque lumineux, mais aussi étonnamment cru. Sans détour et avec une simplicité désarmante, l’auteur évoque un amour qui n’est pas seulement platonique, mais aussi physique et puissamment sensuel ; le tout sans jamais sombrer dans le graveleux, ce qui en soi n’est pas la moindre de ses qualités. Hymne à la vie et à l’amour, mais également leçon de courage, Gioconda est un récit aussi bref qu’intense, d’une beauté formelle à couper le souffle et pourtant  écrit le plus simplement du monde. Un chef d’oeuvre tout simplement !



"Tu as plus de courage que n'importe qui. Alors que moi, qu'est-ce que je fais ? Je reste ici, impuissant, lamentable, à vous regarder partir. Moi, qui me pardonnera ? "



Un mot tout de même sur la couverture de cette édition, certes plus sobre que les précédentes, mais un poil racoleuse. Je ne suis pas spécialement pudibond, mais le récit de Nikos Kokàntzis méritait mieux qu’une illustration digne d’un roman érotique à deux sous. Espérons que les éditions de L’aube réalisent à quel point cette couverture est une faute de goût et agissent en conséquence lors d’une prochaine réédition.

dimanche 19 juin 2016

Les passagers anglais, de Matthew Kneale

 Londres, 1857. Le révérend Wilson, géologue de droit divin, entend prouver au monde que le paradis perdu, le fameux jardin d'Eden, se trouve en Tasmanie, grande île située au sud de l'Australie et que les Anglais nomment aussi « Terre de Van Diemen ». Colonie pénitentiaire grâce à laquelle l'Angleterre espère se débarrasser de toute la racaille qui infeste le royaume, la Tasmanie est surtout la terre de Peevay, jeune aborigène qui assiste à l'invasion de ces colons qui croient que le moindre morceau de prairie inoccupé leur appartient de droit. Peevay observe, impuissant, la lente agonie de son peuple, massacré par des nouveaux venus qui jugent la présence des noirs inopportune, décimé par les maladies amenées par les colons, déporté par les autorités britanniques, qui jugent que ces sous-hommes perturbent la bonne installation des pionniers, ou réduit à l'impuissance face à la supériorité technologique de l'envahisseur. Certains tentent bien de se révolter, mais cela ne fait qu'accélérer la destruction d'une civilisation vieille pourtant de 50 000 ans. 

 Pendant que disparaissent donc les aborigènes de Tasmanie (et ceux d'Australie continentale par la même occasion), le révérend Wilson organise son expédition et embarque, en compagnie d'un médecin et d'un jeune botaniste, sur le navire du capitaine Kewley, un vieux briscard originaire de l'île de Man, qui espère faire de la contrebande à peu de frais du côté de Maldon. Poursuivis par la douane anglaise après une opération avortée, le capitaine et ses marins mannois se retrouvent embarqués (un comble pour des marins) dans l'aventure, et imaginent revendre leur marchandise de contrebande à prix d'or en Australie. C'est sans compter sur le sort, qui semble prendre un malin plaisir à contrecarrer les plans astucieux de Kewley et de son second.


 Il est des oeuvres, rares, qui s'imposent d'elles-mêmes au lecteur, des romans dont on sait au bout de quelques lignes qu'ils transcendent le genre et dépassent le simple cadre de la littérature pour embrasser d'autres problématiques. D'aucuns parleraient de chef d'oeuvre, mais le mot étant ces derniers temps quelque peu galvaudé, nous éviterons d'en user, pour ne pas tomber dans l'éloge dithyrambique et creux. « Les passagers anglais » appartient à ces romans que l'on aimerait voir plus souvent, une oeuvre puissante, élégante et érudite, qui charme le lecteur et lui procure un intense plaisir de lecture. 


 A mi-chemin entre roman historique et récit maritime, « Les passagers anglais » déborde le cadre du divertissement, pour élaborer une critique du colonialisme d'une rare intelligence et d'une simplicité pourtant désarmante. Récit « polyphonique » qui multiplie les personnages et les narrateurs (cette alternance des points de vue est l'une des grandes forces du livre), « Les passagers anglais » explose les barrières classiques de la narration romanesque, au travers d'une construction inventive et incroyablement dynamique. Extraits de journal de bord, notes scientifiques, lettres, rapports administratifs, l'auteur multiplie les supports et jongle avec les styles, change de registre d'une page à l'autre, adaptant la forme à chacun de ses personnages. Le tout, avec une maîtrise et un talent qui forcent le respect. L'écriture, simple mais élégante, accouche d'un récit pétillant mais profond, diffusant une mélodie douce et humaniste.

  Évitant l'écueil du roman moralisateur, l’œuvre de Matthew KNEALE est non seulement une histoire réussie, mais aussi et surtout une leçon d'Histoire, qui prouve que l'on peut allier le roman d'aventure maritime (voire le roman naturaliste) et un discours critique sur les actes de nos pères. Nous ne sommes pas responsables du passé, mais il serait bon de ne pas oublier que notre civilisation repose aussi sur des fondations qui recouvrent les ossements des cultures que nous avons méprisées et détruites par notre ignorance et notre intolérance.

NB : Si vous avez déjà lu cette critique ailleurs sur le web, c'est normal, il s'agit d'un recyclage de ma part (après tout, c'est tout de même moi qui l'ai écrite). En espérant que cette facilité redonne  un peu de visibilité à cet excellent roman.

jeudi 16 juin 2016

Chronique d'une fin annoncée : Groom, de François Vallejo

Ceux qui fréquentent ce blog depuis un certain temps savent parfaitement que la littérature blanche n’est pas exactement ma tasse de thé, surtout lorsqu’elle est d’origine française certifiée, ce qui ne veut pas dire que je ne lui trouve aucune qualités, juste que mon inclination naturelle me conduit assez régulièrement vers la littérature de genre ou la littérature étrangère (plutôt underground d’ailleurs). L’autoficiton à la française m’ennuie et ce qui m’attire c’est le dépaysement, l’altérité, le sentiment d’être transporté ailleurs. Mais en dépit de ces principes, qui ne sont en rien un dogme mais simplement une constatation établie de manière purement empirique, il m’arrive de temps à autres de faire une incursion derrière les lignes ennemies, souvent parce qu’on me prête ou m’offre un livre. Vous aurez donc compris que c’est le cas de ce Groom écrit par François Vallejo et auréolé en 2004 du prestigieux prix des libraires (nan je déconne, je sais pas si c’est prestigieux, mais à mon sens c’est nettement plus crédible que le prix Goncours).


Groom est construit comme un roman à énigme auquel l’auteur aurait habilement mêlé une chronique familiale sur fond d’histoire de l’art. Le début du livre est même assez trompeur puisqu’il nous entraîne sur une fausse piste, avec son atmosphère d’étrangeté flirtant gentiment avec le fantastique. Oui mais non, Groom est un roman bien ancré dans le réel, puisant ses ressorts narratifs dans une histoire familiale lourde et oppressante.
    Antoine et Véra Carmi ont toutes les apparences du couple lambda. Sans enfants, bien établis professionnellement, leur vie, réglée comme du papier à musique, suit son cours lentement et sans heurts. Jusqu’au jour où cette belle mécanique se grippe et révèle les failles d’un couple qui se croyait uni et solide. Pourtant les ferments de ce malaise étaient déjà en gestation depuis le jour même de leur rencontre, mais Véra refusait d’y prêter attention, après tout la vie qu’ils menaient lui convenait. Mais lorsqu’elle est appelée en urgence par le centre Pompidou suite au malaise de son mari en plein milieu du musée d’art moderne et contemporain, Véra commence à douter. Que faisait Antoine en pleine journée dans un musée, alors qu’il était censé se trouver à son travail ? Qu’y faisait-il d’ailleurs puisque son mari n’avait jusqu’à présent démontré aucune appétence pour l’art ? Pourquoi a-t-il disparu avant même qu’elle n’arrive à son secours ? Toutes ces questions se bousculent dans sa tête et renforcent le malaise qui naît entre eux puisqu’Antoine semble vouloir éluder complètement cet étrange épisode. De retour du travail, son mari n’évoque même pas sa visite au musée et son évanouissement, se contentant de lui narrer sa journée de travail, tellement plate et semblable aux autres. De son côté Véra n’ose pas interroger son mari, était-ce bien lui au musée, pourquoi souhaite-t-il s’enfermer dans une certaine forme de mutisme à ce sujet ? A force de non-dit le couple s’enfonce progressivement dans la crise,  et le doute devient un puissant levier d'incompréhension puis de mésentente.
    En réalité, et c’est probablement l’élément le plus tragique de cette histoire, ce doute profond (mais de nature différente) qui s’empare de Véra et d’Antoine est un grand malentendu, celui du non-dit, car Antoine, échaudé par deux échecs amoureux successifs, a profondément caché à son épouse l’histoire peu banale de sa famille et c’est ce secret profondément enfoui, qui empoisonne progressivement la vie du couple, au point de le faire éclater, malgré l’amour et l’attachement qu’ils éprouvent (précisons qu'Antoine éloigne Véra de ses secrets de famille pour la protéger). D’aucuns affirmeraient qu’il s’agit là d’un roman profondément imprégné par les concepts (plus ou moins sérieusement établis) de psychogénéalogie, autrement appelée analyse transgénérationnelle. De quoi s’agit-il ? Tout simplement de l’idée selon laquelle les traumatismes vécus par les ancêtres d’une famille se répercutent sur les générations suivantes, jusqu’à induire inconsciemment des troubles psychologiques de manière plus ou moins prononcée. Force est de constater que l’histoire des Carmi illustre parfaitement ce concept. D’échecs en ratages complets, chaque homme de cette famille semble, après avoir été promis à un avenir radieux, s’enfoncer dans une profonde apathie et prendre un malin plaisir à gâcher sa vie. Antoine avait donc tout pour échapper à ce funeste destin, mais incapable de couper les ponts avec sa famille, il se laisse contaminer par cette relation toxique ; ruinant sa vie professionnelle et personnelle. Ce sont les ferments initiaux de cette contamination que François Vallejo dévoile progressivement au fil de son roman, sous les yeux incrédules du lecteur qui devine sans ambiguïté que, de par sa nature même, cette histoire ne peut échapper au fatalisme qui émaille chaque page du récit. 

    Un peu déstabilisant dans ses premières pages, en raison du style et de la narration de François Vallejo (style indirect, peu de dialogues, point de vue narratif fluctuant), l’auteur impose peu à peu sa petite musique et la lecture devient fluide et naturelle, parfaitement en phase avec le caractère générationnel du roman. Sa dimension tragique, presque déterministe, pose des questions essentielles sur le poids de notre histoire familiale et sur notre incapacité parfois chronique à nous extraire de certains schémas familiaux. Il y a à la fois de la profondeur et de la résonance dans cette histoire, qui ne devrait pas laisser les lecteurs indifférents. D’ailleurs, les libraires ne s’y sont pas trompés en lui accordant leur récompense.

vendredi 27 mai 2016

Florida flow : Torpedo Juice, de Tim Dorsey

Camarades lecteurs, l’heure est grave car je viens de terminer le dernier Tim Dorsey traduit en français. Je reste désormais, comme d’autres admirateurs de l’écrivain floridien, suspendu à la décision des éditions Rivages, déçus par les ventes après sept romans publiés en France. Traduira, traduira pas, nul ne le sait à part François Guerif himself, sans doute premier déçu du manque d’enthousiasme des lecteurs français pour un auteur qu’il a longuement soutenu. Mais la raison d’être d’un éditeur, c’est tout de même de vendre des livres et force est de constater que ce n’était pas le cas pour Tim Dorsey. Il y aurait probablement matière à analyser cet échec, alors qu’un Carl Hiaasen, dont la plume est assez proche de son alter ego floridien, semble caracoler au sommet des ventes (oui bon, toutes proportions gardées). Trop déjanté, peut-être (un journaliste a récemment dit de Dorsey qu’il faisait figure de Carl Hiaasen sous l’emprise de crack), mais probablement trop difficile d’accès, voilà sans doute le coeur du problème. Il faut réussir à entrer dans l’univers de Tim Dorsey, en accepter les contraintes et les codes, forcer parfois la porte avant de retrouver quelques repères. L’utilisation du caméo comme mode d’écriture à part entière n’a rien d’une évidence et nombre de lecteurs ont sans doute renoncé après quelques dizaines de pages, sans comprendre où l’auteur voulait en venir. Et je ne leur jetterai pas la pierre, puisque j’ai abandonné Stingray Shuffle en cours de route. Il y a chez Dorsey toujours un point de convergence, mais il est systématiquement situé dans les dernières pages du roman, c’est là qu’en général l’auteur retombe sur ses pattes, sous l’oeil admiratif du lecteur qui aura été suffisamment patient pour attendre la résolution d’une oeuvre souvent complexe dans sa construction narrative.

Les premières pages d’un roman de Tim Dorsey sont donc souvent délicates et Torpedo Juice n’échappe pas à cette règle tant l’auteur prend un malin plaisir à perdre le lecteur dès les premiers chapitres, partant dans toutes les directions et donnant l’apparence de ne suivre aucun schéma ni aucun fil conducteur. D’ailleurs, résumer l’histoire de ce septième épisode des aventures rocambolesques de Serge A. Storms relève de la gageure. Pour faire simple, notre psychopathe amoureux de la Floride a décidé, après moult péripéties, de se marier ; il a donc tout préparé de A à Z, mais l’ennui c’est qu’il lui manque une fiancée. Il part donc en quête de l’âme soeur en compagnie de son pote Coleman (égaré dans les Keys alors que Serge le croyait décédé), toujours aussi défoncé et pas plus malin que dans les opus précédents ; à ceci près que le bonhomme a désormais trouvé de nouvelles recettes pour s’envoyer en l’air à base de gaz hilarant et de Torpedo Juice, un cocktail délicieusement traître servi au célèbre No name bar (alter ego imaginaire du non moins célèbre Sloppy Joe’s). Mais Autant dire que tenter de séduire une jeune femme en traînant un crétin patenté comme Coleman relève de l’exploit, surtout si votre technique d’approche consiste à observer une proie potentielle à l’aide d’une paire de jumelles ou bien encore à la suivre à la trace au supermarché en espérant ne pas être repéré. Ce qui donne lieu à des situations pour le moins compliquées et souvent fort embarrassantes. Vient se greffer à cette trame narrative somme toute assez légère, la fuite désespérée d’une jeune femme terrorisée, lancée à fond de train à bord d’une Trans Am au moteur surgonflé  en direction des Keys (rappelons que l’US highway 1 qui traverse l’est des Etats-Unis de la frontière canadienne jusqu’à l'extrémité ouest de l’archipel des Keys n’est rien d’autre qu’un cul de sac). Le télescopage entre ces deux arcs narratifs est évidemment attendu en fin de roman, mais entre-temps le récit est ponctué de rencontres plus ou moins anecdotiques avec des personnage hauts en couleurs : un flic autrefois prometteur régulièrement humilié par son ex-femme et affublé d’un coéquipier complètement idiot, une bibliothécaire nymphomane psychologiquement instable, une bande d’adolescents amateurs de rituels sataniques ridicules et de pizzas, un parrain de la pègre ultraviolent fan de Scarface de et de modélisme….. quelques tatous et des daims nains de Floride (oui oui, cela a son importance)..

Absurde, délirant, totalement déjanté, génialement inventif, furieusement drôle, complètement foutraque… Torpedo Juice est tout cela à la fois et bien plus encore tant il parait difficile de rendre compte de la fureur créatrice qui parcourt le roman. Oui,  Tim Dorsey, est probablement aussi fou que Serge pour imaginer un tel carnaval, mais le feu d’artifice qu’il organise dans la seconde moitié du roman est si ahurissant qu’on lui pardonne volontiers un démarrage un peu difficile. C’est simple, l’auteur lâche les missiles Scud à un rythme infernal, soumettant à rude épreuve les zygomatiques du lecteur. Encore faut-il avoir le coeur suffisamment bien accroché pour adhérer à l’humour foncièrement cruel de l’auteur, qui pousse parfois la plaisanterie très très loin. Qu’on adhère ou pas à la plume de Tim Dorsey, force est de constater que le bonhomme a élevé la farce décalée au rang de grand art. Reste qu’au-delà de son apparente frivolité, Tim Dorsey a tout de même des choses importantes à dire de la société américaine, le plus souvent sous couvert de propos décousus de Serge, dont les monologues sont cette fois un peu moins nombreux, mais tout aussi savoureux. Et si vous n’êtes toujours pas convaincus, ben je sais pas moi retournez lire du Barbara Cartland, le Florida glare n’est tout simplement pas fait pour vous.

vendredi 13 mai 2016

Pugilat littéraire : Putain d'Olivia, de Mark Safranko

Petit protégé de feu les éditions 13ème note, aux côtés d’un certain Dan Fante (dont il est par ailleurs l’ami), Mark Safranko n’est pas franchement ce qu’on pourrait appeler un écrivain sur-médiatisé ; on pourrait même le qualifier d’auteur underground, quelque part à la croisée du néo-beat et de l’autofiction à la française, la touche de noirceur en plus. Francophile assumé, admirateur de Céline et de Philippe Djian, Mark Safranko n’est pas exactement un écrivain de compromis, sa littérature est âpre, traversée de bout en bout par un humour cynique qui maintient constamment le lecteur sur la brèche. Si vous cherchez du réconfort ou du divertissement, fuyez, parce que lire Mark Safranko c’est comme prendre un méchant coup de poing en pleine gueule, ça fait mal et ça laisse des traces.

Issu d’une tétralogie plus ou moins autobiographique dont l’ordre de parution ne respecte pas forcément la chronologie des faits. Putain d’Olivia met en scène un certain Max Zajack (alter-ego de l’auteur, mais qui n’est pas sans rappeler le  Bruno Dante de Dan Fante*), joueur de basket raté dont l’existence n’est depuis sa naissance qu’une succession de rendez-vous manqués avec la vie. Au vu du pedigree, dont on peut avoir un aperçu dans Dieu bénisse l’Amérique (qui raconte son enfance et son adolescence), on peut considérer que finalement Max ne s’en tire pas si mal tant sa vie a tout d’un combat acharné sur le ring. Le bonhomme aurait pu finir à moitié cinglé, mais il faut croire que ses capacités de résilience ont pris le dessus, l’épargnant des séquelles les plus sévères d’une enfance pour le moins traumatisante.

“La guerre était finie. J’avais réussi à l’éviter mais ça prouvait que dalle. Depuis lors- quand j’étais pas au chômage ou à vivre sur des coupons alimentaires - j’avais fait tous les boulots imaginables  sous le soleil : manoeuvre en usine, chauffeur, journaliste, employé de banque. J’avais pas fait d’HP, contrairement à certains membres de ma famille proche et élargie. Dépression grave. Phobies bizarres. Alcoolisme. Électrochocs. Suicide. Tout ça me préoccupait : tout est dans les gènes. Je passais des mois d'affilée à sillonner le pays. Le cortège des jours oubliables qui formait les longues et nébuleuses années de ma vie semblait toujours être une histoire de lutte pour garder la tête hors de l’eau, et un toit par dessus. C’était vraiment pas une vie.”

Condamné à cumuler les petits boulots instables et les piaules minables, Max partage sa vie entre son meublé infesté de cafards et le quai de livraison où il est employé comme débardeur, évidemment payé un salaire de misère. Alors pour s’extraire de ce quotidien lénifiant, Max se plonge dans la littérature et aspire à d’autres ambitions, celle d’écrire notamment et de devenir à son tour l’égal des auteurs qu’il admire. Mais l’horizon de Max, s’il paraît sordide et déprimant, s’éclaircit brusquement le jour où il aperçoit la belle Olivia, superbe femme aux origines italiennes (donc forcément volcanique, après tout son deuxième prénom est rien moins qu’Aphrodite), qu’il rencontre alors qu’il jouait dans un bar quelques-unes de ses compositions, accompagné de sa guitare. La belle ne semble pas insensible au charme de Max, looser magnifique, dont le discours mêlant habilement philosophie néo-beatnik et considérations cryptiques sur l’art du verbe, paraît pourtant aux antipodes de la drague classique. Qu’importe, la jeune femme aspire également à une vie intellectuelle intense et se pique également d’écrire. Ces deux là sont fait pour s’entendre et entament une relation tout simplement explosive. Mais le ver est dans le fruit. Aveuglé par la beauté d’Olivia et par un amour inconditionnel, Max ignore les signaux d’alerte et préfère vivre d’amour et d’eau fraîche. Une relation ne peut cependant se bâtir sur des fondations aussi fragiles, et à l’orgie de sexe succède une seconde période nettement moins épanouissante. La lune de miel cède donc la place à une phase réfractaire, qui dévoile progressivement les failles et les fêlures de deux êtres écorchés par la vie. Emotionnellement instable, Olivia alterne les phases de déprime et d’excitation intense, brise de la vaisselle ou s’abandonne à une véritable frénésie d’achat pendant que Max s’enfonce dans une solitude bercée d’incompréhension. Elle le foutra des dizaines de fois dehors… avant de revenir le chercher dans la rue, les yeux remplis de larmes et les lèvres ourlées d’une amertume refoulée.

    Histoire d’une addiction totale, à la fois physique et mentale, Putain d’Olivia est la chronique d’une relation destructrice entre deux êtres foncièrement toxiques l’un pour l’autre, qui n’arrivent pas à y mettre fin. Un accident sensuel qui n’aurait jamais dû avoir lieu et que le lecteur observe avec un certain effroi. Porté par une écriture sans concession, à la fois brutale,  sèche et volontairement très crue, le roman n’est pas sans rappeler un certain Bukowski, mais les similitudes avec l’oeuvre de Dan Fante (le père n’est également pas bien loin) sont évidentes et assez logiques au regard du respect que se portent mutuellement ces deux écrivains. Traversé par une urgence dont la brutalité bouscule immanquablement le lecteur, Putain d’Olivia n’est pas vraiment le genre de bouquin à mettre entre toutes les mains. Vous êtes prévenu !

* cf. Dan Fante Rien dans les poches ou bien encore La tête hors de l’eau

lundi 2 mai 2016

livre de chevet : Jane Eyre, de Charlotte Brönte

Ruth Wilson et Toby Stephens
Je suis tombée dans Jane Eyre quand j'étais adolescente. Je n'en suis jamais complètement sortie. Je ne m'explique pas mon engouement pour ce roman, et je compte bien sur les lecteurs de ce blog pour me donner des pistes de compréhension, avis aux amateurs.

Pour ceux qui ne connaîtraient pas l'histoire par cœur comme moi, sachez que Jane Eyre est une jeune orpheline confiée à son oncle. Quand celui-ci décède, sa tante qui la déteste cordialement l'envoie dans un orphelinat austère. Là, elle découvre l'amitié, mais aussi la mort, et finalement ne sort pas vraiment de la solitude qui est son lot. Devenue enseignante dans l'orphelinat, elle trouve une place de préceptrice dans un château auprès de la pupille d'un riche homme d'affaire. Le château est sombre, mais les gens accueillants. L'homme d'affaire a des côtés excentriques, voire inquiétants, mais amène de la vie dans cette demeure triste, et tout compte fait inquiétante aussi. Au fil des leurs rencontres, le riche homme d'affaire tombe amoureux de cette petite préceptrice au premier abords assez terne mais efficace et d'un solidité remarquable dans l'épreuve. Ils décident de convoler en justes noces, quand la terrible nouvelle tombe : le futur marié l'est déjà ! Il a épousé une beauté des îles, mais complètement folle et dangereuse. Jane s'enfuit dans la lande et manque mourir de faim et d'épuisement quand elle est prise en charge par un pasteur et ses sœurs, qui se révèleront être en fait ses cousins. Devenue riche grâce à un oncle non d'Amérique mais de Madère, elle part retrouver l'homme qu'elle aime. Entre temps, ce dernier est devenu veuf dans des circonstances dramatiques, estropié et quasiment aveugle. Mais ils peuvent se marier et tout finit bien !

Vu ainsi, on se demande bien ce qui sépare cette littérature d'un bon roman de gare avec une bonne petite morale édifiante. C'est que le scénario ne vaut rien sans le style extraordinaire de Charlotte Brönte, et qu'il ne permet en rien de deviner la richesse de la psychologie des personnages. L'héroïne, ballotée par des événements bien souvent contraires, sait faire face avec une opiniâtreté exemplaire, sans romantisme mais avec une fermeté exceptionnelle. Rochester, notre riche homme d'affaire que tout désigne comme le preux chevalier de l'histoire, est un homme plein de fêlures qu'on découvre une à une ; la vie ne l'a pas épargné non plus, malgré ses richesses. Les seconds rôles ne sont pas oubliés, et si quelques personnages sont sans finesse, tel l'administrateur de l'orphelinat, un infâme détourneur de fonds, ils ne sont jamais dépourvus d’ambiguïté. Le plus noble des acteurs de cette histoire, le jeune pasteur St John Rivers et ses hautes ambitions morales, cachent des côtés obscurs qui n'échappent pas à la perspicacité de Jane.
Jane Eyre, c'est peut-être aussi une réflexion sur la beauté. Jane est en effet souvent présentée comme une fille terne. En réalité elle rayonne et elle dérange dans cette société où chacun doit être à sa place et surtout ne pas faire de l'ombre à ceux qui sont socialement plus élevés, cela depuis son enfance chez sa tante, où elle fait de l'ombre à ses cousines. Mais Rochester, qui a beaucoup payé à la beauté physique, est attiré par ce rayonnement comme un papillon, car plutôt que de lui attirer des ennuis, Jane le soutient dès qu'elle est à ses côtés, faisant ressortir le meilleur de lui-même. Elle est son roc, une vraie héroïne, qui n'attend pas sagement son prince au coin du feu, mais qui prend son destin en main.

Bref, j'aime Jane Eyre, et le personnage et le livre, sans compter.

samedi 30 avril 2016

Florida flow : Cadillac beach, de Tim Dorsey

L’ennui lorsqu’on publie des chroniques sur une série de romans, c’est qu’on peine un tantinet à renouveler son argumentaire, donc après deux articles consécutifs consacrés à Tim Dorsey (Florida roadkill et Triggerfish twist), j’avais décidé de passer sous silence les autres romans du cycle consacré à Serge A. Storms, héros notoirement déjanté créé par l’auteur floridien il y a près de 15 ans. Non pas que ces romans soient mauvais (Hammerhead ranch motel est excellent, je mettrais néanmoins un léger bémol à Stingray shuffle, car le sauce ne prend pas tout à fait), mais je pensais en avoir dit suffisamment dans mes billets précédents sur l’approche littéraire de Tim Dorsey et surtout sur son talent hors norme. Oui mais voilà, après avoir lu Cadillac beach, je ne peux que surenchérir et tenter de vous convaincre à nouveau que, décidément, Tim Dorsey est un écrivain à découvrir de toute urgence si cela n’est pas déjà fait. D’autant plus que, selon quelques bruits de couloir, les éditions Rivages seraient sur le point de jeter l’éponge après avoir si longtemps soutenu l’auteur américain. Torpedo juice, dernier volet en date traduit dans notre belle langue, pourrait bien être le dernier de la série à être publié en France. Autant dire qu’il y a le feu à la baraque et qu’il est impératif de prêcher la bonne parole un peu partout dans votre entourage.


Mais revenons à Cadillac beach, puisque c’est l’objet de ce papier. Si l’on s’en tient à l’ordre de publication (qui ne respecte en rien la chronologie des faits)*, il s’agit du sixième volet de la série consacrée à Serge A. Storms, personnage récurrent de l’univers de Tim Dorsey, que l’on retrouve dans tous ses romans à des degrés d’implication très variables ; disons que dans Cadillac beach, Serge tient le rôle principal aux côtés non plus de Sharon et de Coleman (paix à leurs âmes), remplacés par un nouveau comparse tout aussi truculent, l’excellent Lenny (que l’on a découvert dans Hammerhead ranch motel), dont les habitudes en matière de substances psychotropes ne sont pas sans rappeler ce brave Coleman, ivrogne patenté et fumeur invétéré de pétards. Esprit inventif, voire hyperactif, orateur brillant et volubile à l’excès dès qu’il s’agit de parler de la Floride, Serge A. Storms est surtout un sociopathe de classe mondiale, qui sème la panique partout où il sévit ; c’est à dire essentiellement du côté du comté de Miami Dade. Miami c’est un peu le dada de Serge, intarissable sur le sujet, il collectionne tout ce qui se rapporte à cette ville qu’il affectionne de manière maladive, voire inquiétante. L’ennui c’est que cette fois Serge a décidé d’en faire son nouveau boulot, il crée donc une petite agence touristique spécialisée dans les visites insolites de Miami et de ses alentours, mais comme le bonhomme est hyperactif, il décide de s’atteler à d’autres projets tous plus ambitieux les uns que les autres : résoudre le mystère de la mort de son grand-père disparu dans des conditions troubles, humilier Fidel Castro, rendre sa fierté à la CIA et ridiculiser le FBI par la même occasion, porter un coup fatal au principal clan de la mafia qui sévit à Miami, retrouver les diamants volés lors du casse de 1964 et enfin faire revenir l’émission Today à Miami.


Autant dire qu’avec Serge un plan ne se déroule jamais sans accrocs et ce projet protéiforme n’est évidemment qu’une vaste farce, une pantalonnade de catégorie A, qui donne lieu à des situations toutes plus rocambolesques les unes que les autres. Tim Dorsey ne respecte rien ni personne et ce n’est pas avec Cadillac beach que cela va changer. Vous le croirez ou non, mais tout ceci tient parfaitement la route et l’on doit uniquement ce tour de force au talent d’écrivain hors norme de Tim Dorsey. La narration est cette fois moins chaotique que dans ses romans précédents et l’auteur manie avec beaucoup plus de parcimonie le caméo (procédé littéraire favoris de l’auteur), les digressions sont également moins nombreuses et surtout moins longues, mais rassurez-vous, on a tout de même droit à de grandes digressions pontifiantes qui font tout le sel des romans mettant en scène Serge (les lettres de Serge sont particulièrement jubilatoires, notamment ce courrier surréaliste qu’il écrit à George W. Bush). Plus structuré avec sa double narration fort bien maîtrisée, le roman gagne en accessibilité ce qu’il perd en spontanéité ; pour les lecteurs un peu rétifs au style volontairement décousu de Tim Dorsey, Cadillac beach est beaucoup plus facile à lire. Mais encore une fois, la grande réussite de ce roman, comme dans les précédents, ce sont les dialogues absolument fabuleux qui émaillent le texte. Certes, il faut aimer l’humour noir (voire amoral) et le second degré, mais en la matière il s’agit tout simplement d’un travail d’orfèvre, à la manière d’un Audiard ou bien d’un Tarantino, Tim Dorsey est un virtuose de la réplique qui tue.

A l’instar des romans précédents de l’auteur, Cadillac beach c’est drôle, pétillant, incroyablement inventif et surtout d’une maîtrise qui force le respect. Si vous n’en êtes pas persuadé, après l’avoir terminé relisez le roman une seconde fois, vous verrez à quel point rien n’est laissé au hasard, tout se tient et s’imbrique parfaitement alors qu’on pensait à tort l’auteur égaré au milieu de nulle part.

* Selon Tim Dorsey, il faut donc lire en premier lieu Triggerfish twist, puis enchaîner avec Florida Roadkill, Hammerhead ranch motel, Stingray shuffle, Orange crush, Cadillac beach et enfin Torpedo juice. A ce jour, une dizaine de romans de la série n’ont pas encore été traduits.

lundi 28 mars 2016

roman initiatique : Le fabuleux voyage de Nils Holgerson, de Selma Lagerlöf

Les chemins de la lecture sont parfois tortueux. Par exemple, prenez dans un rayon un petit manga qui traite de la lecture enfantine (Le maître des livres, de Umiharu Shinohara), finissez par l'acheter, moitié convaincue, avalez-le le soir même, car il n'est pas bien compliqué, mais il vous a donné envie de lire un ou deux de ces classiques enfantins. Trouvez le lendemain ce classique, avec une couverture médiocre, dans votre CDI, et commencez la lecture... juste pour voir.

Ne lâchez plus. Chaque soir, sans faute, lisez cette suite merveilleuse d'histoires qui composent le merveilleux voyage de Nils Holgerson. Savourez la langue rigoureuse de Selma Lagerlof, son extraordinaire poétique, son incroyable talent de conteuse. Et rajoutez un ou deux livres à votre LAL, quand l'histoire se termine.

Selma Lagerlof introduit très rapidement son histoire. En peu de mots, l'intrigue est plantée, les contours des protagonistes définis. On va pouvoir s'envoler. Le méchant garçon Nils, réduit en lutin par le tomte courroucé de la maison, se pend au cou du grand jars blanc aventureux et commence son voyage après avoir convaincu la vieille Akka de Kebnekaïse de les laisser accompagner sa tribu d'oies sauvages.
Bientôt la Suède toute entière défile sous les ailes des oiseaux, et sa faune. Des paysages qu'on imagine somptueux se déroulent sous nos yeux à travers ceux de Nils. Des aventures  s'enchaînent, mettant en scène les animaux d'abord, les hommes parfois. Entre la guerre des rats, la danse envoutant de cigognes, la malice du renard, mais aussi le destin tragique de deux orphelins, pas le temps de s'ennuyer. Et chaque épisode peut se lire comme un histoire à part entière, sans que l'unité de l'ouvrage en souffre.
Les personnages sont très attachants, Nils bien entendu, qui mûrit au contact des animaux, apprend littéralement la vie auprès d'eux. Mais aussi la véritable héroïne de ce livre à mes yeux, la vieille Akka de Kebnekaïse, qui dirige sa troupe d'une patte de fer, qui met son intelligence au service de la communauté, la sienne mais aussi celle des autres, d'une très haute moralité. Akka est un modèle et un guide.

Voilà ce qui arrive quand on passe commande d'un livre pédagogique à un prix Nobel de littérature : on obtient un véritable chef d'œuvre, à mettre entre toutes les mains; des plus petits aux plus grands.

vendredi 19 février 2016

Florida flow : Pêche en eau trouble, de Carl Hiaasen

Si vous suivez ce blog depuis son commencement, ou tout du moins si vous l’avez abondamment exploré, vous aurez sans doute remarqué que j’affectionne tout particulièrement les écrivains de la veine floridienne, en particulier Tim Dorsey, Charles Willeford et Carl Hiaasen. Est-ce parce que le soleil tape trop fort du côté de Tampa ou Miami, à moins que le climat subtropical de la Floride n’attire toutes sortes de paumés, marginaux et autres décalés de vie, mais force est de constater que la littérature qui émerge de cette folie plus ou moins douce a quelque chose d’atypique. Certes, on pourrait arguer du fait que la littérature new yorkaise est tout aussi singulière et que les écrivains du Sud profond ont également une patte particulière, mais il y a chez Carl Hiaasen ou Tim Dorsey, un grain de folie mêlé d’un recul distancié  qui font tout le sel de leur littérature. Une littérature à la fois drôle et décalée, voire parfois totalement barrée, mais non dénuée d’esprit critique, voire frôlant à certaines occasions l’analyse sociétale (si vous voulez vous en convaincre par vous-même, lisez l’excellent Triggerfish twist de Tim Dorsey).


Pêche en eau trouble n’échappe pas à cette règle, même si au vu du résumé de cette histoire rocambolesque le lecteur peut initialement en douter. Le roman se déroule dans le milieu de la pêche professionnelle, tout particulièrement celui de la pêche au bass (raccourci de black bass, un poisson d’eau douce d’origine nord américaine que les Canadiens appellent Archigan à grande bouche). Vif et vorace, parfois spectaculaire dans ses attaques, le bass regroupe toutes les qualités qui ont fait son succès dans le domaine de la pêche sportive, d’autant plus que les spécimens les plus gros peuvent atteindre des tailles fort respectables. Sur le plan sportif et économique, le bass est tout simplement une mine d’or pour le petit monde de la pêche professionnelle, qui chaque année aux Etats-Unis brasse des milliards de dollars. Partout à travers le pays, les fabriquants de matériel de pêche sponsorisent des centaines de concours professionnels et amateurs, parfois très richement dotés, qui attirent des milliers de pêcheurs avides (le plus souvent d’affreux rednecks racistes et incultes) venus de tout de territoire. Mais la Mecque de la pêche au bass c’est la Floride (ainsi que la Louisiane et l’Alabama), avec son climat subtropical et ses très nombreuses zones humides, c’est le paradis du bass. R.J. Decker n’a pas grand chose à voir avec le milieu de la pêche professionnelle. Après avoir eu quelques démêlés avec la justice, cet ancien photographe de presse s’est reconverti comme détective privé. La plupart des affaires qui lui échoient n’ont rien de très excitant, arnaques à l’assurance et maris jaloux constituent l’essentiel de son quotidien, mais il faut bien gagner sa croûte…. Aussi lorsqu’un millionnaire excentrique, et pêcheur de bass, lui demande, moyennant un très gros chèque, d’enquêter sur la triche qui semble gangrener le milieu de la pêche professionnelle, Decker n’hésite pas bien longtemps, d’autant plus que l’affaire n’a pas l’air bien compliquée. En ligne de mire, un pêcheur charismatique, star du petit écran grâce à une émission de télé, qui remporte avec une facilité déconcertante la plupart des gros concours organisés chaque année. De quoi alimenter le doute…. mais également la jalousie des concurrents moins en veine. 

Cette affaire est donc l’occasion pour Decker de plonger dans un monde qui lui est parfaitement étranger, peuplé de rednecks mal dégrossis et très souvent atteints de beaufitude caractérisée. De joyeux ploucs dont la vie tourne autour du moteur de leur hors-bord surgonflé, voire de leur collection de moulinets de compétition, et dont la conversation se limite la plupart du temps à leur expertise en matière de leurre ou de turbidité de l’eau. A moins que subitement vous vous preniez de passion pour les mérites respectifs des matériaux composites dans la fabrication des cannes de lancer, le contenu du roman pourrait paraître quelque peu abscons, voire carrément cryptique, mais il n’en est heureusement rien car Pêche en eau trouble reste avant tout un petit polar bien rythmé, excellemment écrit et franchement drôle. Certes, la farce est ici poussée à son paroxysme aux dépens d’un microcosme de passionnés de pêche qui n’en demandait pas tant, mais la galerie de personnages est tellement réussie qu’il ne faut en aucun cas bouder son plaisir. C’est joyeusement loufoque, parfois un brin tiré par les cheveux, mais diablement critique et résolument bien plus intelligent qu’il n’y parait au premier abord, car finalement c’est tout un système économique et médiatique que Carl Hiaasen épingle avec bonheur. J’en suis pour ma part tellement convaincu, que je viens de craquer pour une canne en carbone Geologic light 180 agrémentée d’un moulinet Quantum Tour Edition PT (11 roulements en acier inox polymère), de quoi faire frétiller de plaisir ma toute nouvelle collection de leurres souples de chez Rapala.

mardi 29 décembre 2015

SF biologique : V-Virus, de Scott Westerfeld

Picoré dans les rayons du CDI sans beaucoup de conviction, mais parce que parfois il faut bien aborder avec les élèves le sujet des vampires en dehors de Twilight, la lecture de ce petit roman s'est révélée très intéressante.

Cal est un vampire. Enfin, un porteur sain, car le vampirisme est une maladie, en fait, une MST plus précisément. Et tous ces symptômes que nous associons généralement aux vampires ne sont en fait qu'une adaptation des personnes infectées à la chasse qu'on leur a donné à travers les siècles. Car il faut être clair : se mettre à manger son voisin n'est pas acceptable dans de nombreuses civilisations...
Mais si Cal a quelques symptômes de la maladie (besoins protéiniques largement supérieurs à la moyenne, vision nocturne, appétit sexuel violent, force herculéenne), il est tout à fait sain d'esprit, ce qui n'est pas le cas de la plupart des vampires.
C'est pourquoi la Garde de Nuit, qui œuvre à New-York en souterrain, dans tous les sens du terme, l'a recruté pour traquer sa descendance (il a eu le temps de faire quelques victimes autour de lui avant d'être pris en main) et son ascendante, celle qui lui a transmis la maladie. Et c'est en traquant cette dernière, avec l'aide d'une apprentie journaliste fouineuse, qu'il va de surprise en surprise, pas toujours agréables, jusqu'au retournement final, fruit de l'évolution et de l'adaptation, bien entendu.

Soyons clairs : ce roman n'est pas un chef d'œuvre, mais il est très bien écrit et agréable à lire, un chapitre sur deux est une description assez délicieusement horrifique des dégâts que peuvent causer de très réels parasites, et l'ambiance est glauque juste ce qu'il faut pour frissonner sans cauchemarder. Et puis il n'y a pas tant de romans de science-fiction qui abordent l'évolution des espèces, particulièrement pour un jeune public, même si l'histoire reflète moyennement la complexité du phénomène et simplifie radicalement les processus. Pas trop jeune quand même, le public : je ne recommanderai pas ce bouquin avant la fin de la quatrième, et pas aux âmes tendres. Mais on reste dans le glauque raisonnable.
Et j'espère tomber sur un futur biologiste pour lui mettre en main ce petit cours de parasitologie appliqué.